Accent sur une entreprise touristique autochtone : Galerie Sipuke’l, Nouvelle-Écosse


Galerie Sipuke’l

Seuls cinq « porte-étincelles » ont été retrouvés dans le monde et l’un d’entre eux se trouve à la galerie Sipuke’l dans l’ancien hôtel de ville de Liverpool, en Nouvelle-Écosse. « C’est une coquille de palourde qui aurait été utilisée à l’époque pour porter le feu », explique Mme Judy Boutilier, conservatrice de la galerie. « Ils l’ont appelé un porte-étincelle. C’était une coquille de palourde revêtue d’argile qui était utilisée pour porter le feu ». Les cinq porte-étincelles ont été découverts à Port Joli qui se tr ouve tout près.

Sipuke’l (qui signifie à côté de la rivièr e) surplombe la rivière Mersey où les Micmacs ont vécu pendant des milliers d’années. En plus des porte-étincelles, la galerie présente un certain nombre d’artefacts qui permettent de mieux comprendre les contes, les légendes et l’histoire des Micmacs. Des artistes autochtones contemporains de la région et du pays sont également mis en vedette.

Galerie Sipuke’l

Une subvention de 8 000 $ a permis à la galerie d’élaborer une stratégie marketing, d’imprimer des brochures et d’apprendre à utiliser les médias sociaux. « Cela nous a beaucoup aidé avec la publicité sur Facebook », dit Mme Boutilier. « Nous avons suivi un cours d’une journée sur l’utilisation des médias sociaux. Nous avons appris comment renforcer notre présence en ligne et nous espérons toucher ainsi un public plus large. »

La galerie, qui appartient à la Première Nation d’Acadia, a ouvert ses portes en 2015. Et, même si le nombre total de visiteurs en Nouvelle-Écosse a augmenté l’année dernière, moins de personnes ont visité la galerie. « Nous faisons un décompte chaque soir et nous nous assurons de compter chaque personne qui franchit la porte », explique Mme Boutilier. « Cet automne, je vais comparer les chiffres avec ceux de 2017 pour voir ce que ça donne. Nous faisons un suivi serré. »

Galerie Sipuke’l



Simple Share Buttons
Simple Share Buttons